Publié en septembre 2013

Une patronne pas comme les autres: Sophie Ducharme (La Presse)

Créatifs, motivants, passionnés: certains patrons ont l’étoffe des grands. Pour connaître leurs astuces, La Presse a lancé un appel à tous pour découvrir des dirigeants allumés et appréciés.

Un patron qui ne se prend pas au sérieux? C’est assurément le cas de Sophie Ducharme. La vice-présidente, fiducie et service-conseil, Gestion privée 1859 de la Banque Nationale du Canada mise sur l’authenticité et l’écoute pour gagner le respect de ses employés.

Notaire de formation – elle a reçu son diplôme de l’Université de Montréal en 1988 -, Sophie Ducharme a tôt fait de délaisser le droit pour faire le saut dans le milieu bancaire, où elle a occupé différentes fonctions depuis 1991.

Aujourd’hui, elle chapeaute une équipe de 30 experts multidisciplinaires (avocats, économistes, actuaires, fiscalistes, notaires, comptables et planificateurs financiers) à travers le Canada, qui répondent aux besoins des clients plus fortunés de la banque.

Sérieuse, mais pas trop

Sophie Ducharme n’a pas peur de s’entourer de gros ego. «Selon moi, il faut s’entourer de gens forts et plus forts que soi. Des personnes qui me complètent et en qui je peux avoir confiance. En entrevue, en plus des compétences et de l’expérience, j’analyse la personnalité du candidat, pour voir s’il s’intégrerait bien à l’équipe», dit-elle.

Sa devise? Travailler sérieusement, sans se prendre au sérieux. «Mon rire (fort!) est ma marque de commerce. Quand quelqu’un me cherche sur l’étage, il n’a qu’à tendre l’oreille pour entendre mon rire», souligne Sophie Ducharme.

De l’expertise

Elle croit qu’elle se distingue comme patronne par sa gestion qui est loin d’être hiérarchique. «Tout lemonde a son rôle à jouer. Les employés participent aux projets et je les consulte sur les décisions corporatives. Je les écoute vraiment. C’est réconfortant d’avoir l’opinion de gens qui sont à la fine pointe de leur expertise. On bâtit quelque chose ensemble», estime-t-elle.

Elle a d’ailleurs animé durant neuf ans une émission juridique et financière, où plusieurs personnes de son équipe ont été invitées. «Intervenir en direct à la télé, ça demande beaucoup de préparation. Cela a aidé mon équipe à développer encore plus son expertise», assure-t-elle.

Le plaisir est aussi un élément important pour Sophie Ducharme. «Quand on est heureux au travail, ça se transmet aux collègues et aux clients. Et en matière de rétention des employés, la recette du plaisir et de la passion fonctionne.»

Un style bien à elle

Ce n’est pas parce que Sophie Ducharme travaille dans un domaine un peu austère qu’elle l’est pour autant. «J’ai un faible pour la designer Sarah Pacini. Elle propose des vêtements chics, mais non traditionnels. Ma tenue n’est pas du type tailleur marine», illustre-t-elle en nous gratifiant de son fameux rire.

Elle croit dur comme fer qu’être différent est un plus. Le stationnement de l’institution bancaire est d’ailleurs rempli de voitures… et du scooter Vespa que conduit Sophie Ducharme.

Par contre, la différence n’a pas que des avantages. «Je ne suis pas autoritaire. Mon style détonne. Je suis restée moi-même et, à cause de tout cela, j’ai été moins prise au sérieux à mes débuts. Les grandes institutions bancaires commencent toutefois à accepter la différence. C’est aussi de moins en moins difficile de faire sa place comme femme dans ce milieu très masculin», croit-elle.

Paroles d’employé

«Sophie est exceptionnelle. Son originalité, son authenticité et son dynamisme sont contagieux et aident ses employés à évoluer avec brio. Merci de nous propulser et faire ressortir le meilleur de nous-mêmes!» – Nathalie Hotte, experte-conseil